Saint-Adolphe-d'Howard - Projet Hydro-Québec - Projet Hydro
Inscrivez-vous à l'Infolettre
 
 

Article paru dans l'Actualité

Suite à la parution de l'article "La bataille de Saint-Adolphe-d'Howard" dans le magazine l'Actualité, voici la lettre envoyée par le comité aviseur. 


 Saint-Adolphe-d’Howard, le 28 avril 2016

Magazine L’Actualité

Madame Carole Beaulieu, Éditrice et rédactrice en chef

Madame Catherine Louvet, Éditrice adjointe

Par courriel

 

Mesdames,

L’article paru dans votre plus récent magazine et portant sur «La bataille de Saint-Adolphe-d’Howard» est pour le moins déroutant. On y affirme d’emblée qu’il s’agit d’une affaire de pas dans ma cour. Or, il s’agit d’une affirmation très lourde de sens dans le contexte d’un tel dossier.

Dans la suite de l’article, la journaliste ne fait jamais mention que ce dossier est piloté à Saint-Adolphe par un groupe de citoyens (comité aviseur), appuyé d’un comité de vigilance de plusieurs centaines de personnes. Et ce sont aussi des citoyens qui ont produit bénévolement, avec rigueur et professionnalisme, un web-documentaire sur ce projet, car celui-ci risque de créer un important précédent au Québec.

L’article ne mentionne pas non plus que la MRC des Pays-d’en-Haut, qui appuie Saint-Adolphe, a refusé d’accorder un certificat de conformité pour ce projet, car ce dernier ne respecte pas les orientations de son schéma d’aménagement, principalement pour des considérations paysagères. Ce refus n’a rien d’étonnant sachant qu’en 2007-2008, lors du projet Chénier-Outaouais, Hydro-Québec avait elle-même conclu que l’ouverture d’une nouvelle emprise dans les Laurentides se heurterait à un problème de non-conformité pour des questions de paysage. Pourquoi omettre des informations aussi importantes, d’autant plus que cet article s’inscrivait dans un dossier sur les paysages?

De plus, la journaliste ne semble pas avoir pris connaissance de l’étude très étoffée, réalisée par une experte indépendante, qui conclut que, malgré l’abaissement des pylônes d’une dizaine de mètres, les impacts sur le plan paysager et humain de ce projet seront majeurs sur le territoire de Saint-Adolphe. Même l’étude paysagère déposée par Hydro-Québec au ministère de l’Environnement établit que ce tracé traverse des zones incompatibles sur le plan paysager à l’implantation d’une ligne de transport. Dès lors, considérant que Saint-Adolphe est la seule des municipalités touchées où le tracé passe en pleine zone de villégiature, et ce, sous forme d’une nouvelle emprise (54% du total de la nouvelle emprise du projet), on comprend mieux la forte contestation des citoyens et de la municipalité, qui dure depuis trois ans.

Quant aux 14 propositions dont fait mention Serge Abergel, porte-parole d’Hydro-Québec, il s’agit pour la plupart de solutions étudiées par la société d’État et rejetées par cette dernière, et non par Saint-Adolphe, comme l’article le laisse entendre. Les autres propositions viennent de Saint-Adolphe et d’experts indépendants mandatés par la municipalité. Mais encore là, Hydro-Québec les a toutes rejetées, y compris celles recommandées par ces experts et se trouvant sur le territoire même de la municipalité.

Dans l’article, on lit aussi : Comme pour chaque projet ayant une incidence sur le paysage, Hydro-Québec doit d’abord convaincre la Régie de l’énergie de son acceptabilité sociale. Cette information nous semble tout à fait erronée. Le rôle de la Régie est clairement défini dans la Loi sur la Régie de l’énergie. À cet effet, nous attirons votre attention sur les articles 5 et 73, d’ailleurs cités par la Régie dans sa décision procédurale pour le présent dossier.

Au sujet de l’acceptabilité sociale, la journaliste semble toutefois avoir tiré ses propres conclusions, mais sans tenir compte de l’aspect fort complexe de cette notion. En effet, la définition même de l’acceptabilité sociale ne fait pas consensus comme cela est d’ailleurs souligné dans le Livre vert sur l’acceptabilité sociale déposé en février dernier par le ministre Pierre Arcand.

Autre fait inexact : cette ligne ne reliera pas le poste du Grand-Brûlé à celui de Ste-Agathe, mais plutôt au poste de Doc-Grignon, à Ste-Adèle (en plus du poste de St-Sauveur). Et il nous semble également faux d’affirmer qu’une solution passant par les emprises existantes «nécessiterait des expropriations (…) et l’enfouissement d’une partie de la ligne, ce qui coûterait huit fois plus cher.» C’est plutôt pour éviter des expropriations qu’une telle solution nécessiterait un enfouissement d’une partie de la ligne. Ce qui ne mènerait pas à un écart de coûts aussi élevé qu’on le prétend dans l’article.

Au cours des trois dernières années, la municipalité de Saint-Adolphe-d’Howard, son comité aviseur et ses experts ont mis en évidence d’importantes lacunes dans les analyses réalisées par Hydro-Québec pour ce projet, et ce, tant sur le plan technique que dans l’évaluation des impacts, d’où la demande de réévaluation d’un scénario utilisant les emprises existantes. Les ingénieurs d’Hydro-Québec ont donc déposé à la Régie de l’énergie un tel scénario comme autre solution possible pour ce projet. Malheureusement, la société d’État donne une image faussée de ce scénario, qui contribue à créer un climat de peur dans la région et à isoler Saint-Adolphe.

Ce qu’il y a de plus troublant encore dans cet article, c’est qu’il laisse entendre que «la bataille de Saint-Adolphe» n’est en réalité qu’une petite bataille marginale, une minuscule écharde dans le pied du géant Hydro-Québec. Bref, d’un point de vue journalistique, cet article donne l’impression que le sujet n’est pas d’intérêt public… 

Mais alors, pourquoi un magazine comme L’Actualité y a-t-il consacré tant de place ? Et pourquoi la journaliste, qui a sollicité une entrevue en disant préparer un dossier sur la question paysagère dans un contexte de développement, a-t-elle refusé de s’entretenir avec l’experte en paysages et en impacts paysagers des lignes à haute tension qui, dans ce projet, a été consultée par Hydro-Québec et son comité régional, puis mandatée par Saint-Adolphe ?

Devant le manque évident de rigueur dans la rédaction de cet article, nous demandons que vous fassiez le nécessaire afin de rétablir rapidement les faits auprès de vos lecteurs, et ce, en publiant la présente lettre sur votre site web (avec le lien vers le web-documentaire) ainsi qu’un rectificatif dans votre prochain numéro.

Cordialement,

Comité aviseur de Saint-Adolphe-d’Howard :

Nicholas Bebnowski-Roy

Nicole Chouinard

Pierre Dubé

Denise Payette

Sarah Perreault

Guy Saint-Jacques

Pour toute correspondance :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Web-documentaire :  https://www.youtube.com/watch?v=cv_ZZavoxN0&feature=youtu.be

Mémoire déposé à l’Assemblée nationale :

 http://www.stadolphedhoward.qc.ca/wp-content/uploads/2016/04/livre_vert_acc_sociale_stadolphe.pdf

Suivez-nous sur Facebook


Partagez cette page avec vos ami(e)s



logo

Municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard
1881, chemin du Village
Saint-Adolphe-d'Howard, Québec J0T 2B0
Tél.: (819) 327-2044 poste 224
Sans frais: 1-855-327-2044 poste 224
Fax: (819) 327-2282 

Courriel :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Internet :  http://www.stadolphedhoward.qc.ca/index.php